Gamescom 2018, l’Afrique sera sur place grâce à Paradise Game

Gamescom 2018, l’Afrique sera sur place grâce à Paradise Game

user
Senjob
#2 | août 8, 2018, 14:16:08 | Commentaires: 0
Le salon allemand Gamescom est sans doute l’une des plus grandes rencontres annuelles de l’industrie du jeu vidéo au monde. Jusque là absente, la version 2018 voit pour la premiere fois un « Africa Corner by Paradise Game », un stand  dédié aux représentants venant d’Afrique avec la poussée de l’entreprise ivoirienne Paradise Game.

 

Le salon allemand Gamescom est sans doute l’une des plus grandes rencontres annuelles de l’industrie du jeu vidéo au monde. Jusque là absente, la version 2018 voit pour la premiere fois un « Africa Corner by Paradise Game », un stand  dédié aux représentants venant d’Afrique avec la poussée de l’entreprise ivoirienne Paradise Game. Simple hype comme au VIVATECH 2018 ou veritable changement en profondeur apres la découverte du potentiel technologique de l’Afrique suite à l’hystérie “Black Panther” ?

Les Jeux Vidéo Made in Africa se lancent à la Conquête de la Scène Internationale à la Devcom grâce à un Jeu de Paradis, en amont de la Gamescom 2018

PARADISE GAME, acteur majeur de l’industrie du Jeu Vidéo en Afrique de l’Ouest, présentera cinq studios indépendants Africains à la devcom 2018

À l’occasion des dix ans de la gamescom, le plus grand salon européen de jeux vidéo, plusieurs créateurs africains participeront à la devcom, la conférence des développeurs indépendants qui se tiendra les 19 et 20 août 2018 à Cologne, en Allemagne.

Ce sont cinq studios indépendants d’origines et de parcours différents qui feront le voyage. Il s’agit notamment de MASSEKA GAME STUDIO (Centrafrique), de STUDIO LOMAY (Madagascar), du studio MOG MEDIA DESIGN (Niger), du studio WEZA INTERACTIVE (Kenya), et du studio FRONTFIRE (Algérie).

Les développeurs africains se regrouperont dans l’« Africa Corner by Paradise Game » à l’aile Est de Koelnmesse. Cet espace dédié aux jeux vidéo « made in Africa » leur donnera l’opportunité de présenter leurs créations à des professionnels de l’industrie et de mettre en valeur leur culture.

Sidick Bakayoko, CEO et fondateur de Paradise Game  a déclaré : « Notre rêve est de faire du jeu vidéo l’un des moteurs de la croissance économique de l’Afrique, et l’un des plus gros pourvoyeurs d’emplois du continent. Pour cela nous avons besoin d’un écosystème fort avec des développeurs de jeux qui s’exportent sur la scène internationale. »

L’industrie du jeu vidéo dans le monde représente près de 100 Milliards de dollars et 27% de ces revenus proviennent des jeux mobiles. L’Afrique présente un potentiel énorme, avec près de 500 Millions d’utilisateurs de téléphones mobiles.

Lire la suite sur : http://www.socialnetlink.org/2018/08/gamescom-2018-lafrique-sera-sur-place-grace-a-paradise-game/ 



Dans la même catégorie

Le groupe média TRACE investit dans CoinAfrique

  Créée en 2015 par Matthias Papet (ex-Google) et Eric Genêtre (ex-Vinci),...

vendredi, novembre 16, 2018, 11:24:46

Prix de l’Entrepreneuriat de la Diaspora Africaine 2018 : la sénégalaise Me Nafissatou Tine, primée en Belgique

  Cette avocate qui s’active dans l’entreprenariat est établie en Belgique....

jeudi, novembre 15, 2018, 12:08:44

Orange maintient sa croissance en Afrique avec un revenu en hausse de 3,7% au 3ème trimestre 2018

  La branche africaine de la compagnie affiche une fois de plus des résultats...

mercredi, novembre 14, 2018, 10:58:07

Phanes Group choisit un projet au Sénégal pour la seconde édition de son Incubateur solaire

  Le Sénégal est l'heureux élu de la 2e édition de l'incubateur solaire de...

mardi, novembre 13, 2018, 11:53:35

Startups : Tapera, une seconde vie pour les huiles alimentaires

  Rouler avec des huiles alimentaires recyclées, c'est possible ! C'est en...

mardi, novembre 13, 2018, 11:42:16

Afrique : Lancement De “TEFConnect”, La Plus Grande Plateforme Pour Entrepreneurs !

  En effet, TEFConnect se veut être une communauté numérique révolutionnaire...

lundi, novembre 12, 2018, 12:52:38

Commentaires

Il n'y a actuellement aucun commentaire sur cet article.
Laissez un commentaire